sylvain-crozatier-devant-le-systeme-de-filtration-a-quatre_3433389_192x330p DOUR180-300x200
Sylvain Crozatier devant le système de filtration à quatre niveaux du Dour 180.

Permettre aux plaisanciers d’effectuer leur carénage tout en respectant l’environnement, c’est ce que propose Sylvain Crozatier, responsable de Naut’Iroise Services, à Keraliou. Pour y parvenir, il s’est équipé d’un système de filtration fabriqué dans le sud du département.

La marque « Vague Bleue Carénage » valorise, sous certaines conditions, le respect de l’environnement des chantiers navals qui investissent dans une aire de carénage propre. Chez Naut’Iroise Services, à Keraliou, Sylvain Crozatier, déjà détenteur du label « Vague Bleue Déchet », vient de s’équiper d’un DOUR 180 grâce au soutien partiel de l’Agence de l’Eau. Un investissement lourd, non amortissable, mais qui préservera la mer d’attaques néfastes. Les possesseurs de bateau le savent, l’entretien de ce dernier passe par le carénage : nettoyage de la coque sous la ligne de flottaison, élimination des organismes marins installés dessus, décapage des restes d’antifouling, remise en peinture… Des opérations qui, même si le rejet en mer de déchets toxiques est interdit, libèrent des produits nocifs tels qu’aluminium, arsenic, plomb, zinc, cuivre, étain, pesticides, diuron, hydrocarbures et autres.

Afin de ne jamais rencontrer le moindre problème de fuite et de préserver l’environnement Sylvain Crozatier a dernièrement refait son aire (de carénage), l’équipant d’une dalle béton et d’un caniveau qui évacue les eaux souillées par les différents produits, d’abord dans un bassin de décantation avant le passage dans une centrifugeuse et un système de filtration à quatre niveaux qui « nettoie » l’eau : le DOUR 180. Ce système de filtration mis au point par Névez Marine Services, dans le Sud-Finistère, a la particularité de présenter un entretien aisé. Il est installé chez Sylvain depuis la fin mars et les premières mesures en matière de dépollution effectuées par une société indépendante devraient arriver sous peu (elles prennent en moyenne un mois). Reste que protéger la mer, même si cela coule de source, représente un investissement non négligeable : 55.000 € en ce qui concerne Sylvain. Bien sûr, il a bénéficié de l’aide de l’Agence de l’Eau de Loire Bretagne à hauteur de 70 % de la somme mais il sait aussi que sa démarche aura un coût et que les 70 euros qu’il facture à chaque carénage ne couvriront jamais la somme dépensée. Il a fait le choix de s’équiper du DOUR 180 en toute connaissance de cause, lui qui faisait des recherches sur le sujet depuis quatre ans. Peu importe, il a pour lui la satisfaction de faire son métier en toute propreté et respect non seulement des bateaux mais aussi de la nature

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/plougastel-daoulas/aire-de-carenage-un-systeme-pour-mieux-respecter-l-environnement-19-05-2017-11519015.php#9RcEbBlqlqeIkXqh.99